Préparations des vins médicinaux

  • 26 Juin 2021

Si les tisanes leur ont volé la vedette, les vins médicinaux contiennent également de nombreuses vertus grâce aux différentes variétés de plantes médicinales qu'ils contiennent. Convivial, le vin médicinal composé d'eau et d'alcool contient de nombreux actifs, en reprenant notamment les molécules hydrophiles des plantes. Connus en herboristerie depuis le début de la civilisation moderne, les vins médicinaux reviennent aujourd'hui en force avec de nombreuses recettes faciles à fabriquer, sans être un spécialiste de l'herboristerie.

 

Le vin médicinal dans l'histoire

On retrouve la trace de vins médicinaux dans l'Egypte ancienne, avec la fabrication de remèdes pour guérir de différentes maladies. Cette pratique était courante en Egypte jusqu'au début de la conquête Romaine. Parmi les ingrédients utilisés, notons les herbes aromatiques, la mélisse, la menthe, la sauge ou encore la résine de pin et de romarin. On retrouve d'ailleurs dans certains tombeaux la présence de fioles avec des mixtures de vins, prouvant que ce breuvage était très apprécié des pharaons et des grandes figures de l'Egypte ancienne.

On retrouve également la présence de ces vins dans la période du Moyen-Âge, le vin étant le breuvage le plus courant pour éviter l'eau, porteuse de maladies, sauf si elle était prise à la source. On y macérait des fruits, des plantes et des épices, mais les principaux ingrédients étaient la sauge, l'anis et le romarin. On peut citer un vin célèbre de l'époque, l'hypocras, qui servait de digestif après un bon repas et de réconfort pendant les pénibles journées d'hiver. Ce rituel de vin médicinal ou de digestif a perduré jusqu'au milieu du 20ème siècle.

 

Téléchargez notre ebook gratuitement

 

Exemples de recette pour fabriquer des vins médicinaux

Il n'y a pas qu'une seule façon de créer un vin médicinal mais en règle générale, tout commence par la préparation d'un litre de vin dans lequel on macère environ 80 à 100 grammes de plantes sèches ou 150 à 200 grammes de plantes fraîches, au choix. Il est préférable de s'orienter vers les jeunes pousses qui disposent de plus d'actifs que les plantes bien développées. Les plantes doivent être bien lavées avant de les insérer dans le vin.

Pour obtenir un breuvage de qualité, il faut diminuer la dose de plantes sèches si celles-ci ont un goût amer, et privilégier un vin à forte concentration d'alcool pour en accélérer la macération. Le vin, qu'il soit rouge, blanc ou rosé, doit être d'âge moyen pour faciliter l'extraction des principes actifs des plantes.

Ce vin médicinal se conserve un peu plus de 3 mois et peut être consommé à hauteur d'un verre par jour, avant le repas. 

Pour les plantes, vous pouvez vous orienter vers le gingembre, le thym, la camomille, l'ortie ou la noix. Ajoutez-y du sucre ou de la cannelle pour en parfaire le goût. Vous pouvez aussi vous orienter vers la sauge, antispasmodique et relaxant. Enfin, vous pouvez essayer quelques mélanges pour mixer les bienfaits et les goûts.

Si vous souhaitez apprendre l'herboristerie au travers de l'histoire et concocter votre vin à base de plantes médicinales, rejoignez le Centre d'Herboristerie Familiale !

Pour découvrir tous les bienfaits de l'herboristerie, n'hésitez pas à télécharger notre ebook !

 

Pré-inscriptions ouvertes !